Helvetissimmo - Immobilier de prestige - Swiss luxury real estate
8 mars 2018

Acheter au soleil, le prix du luxe

Investir au soleil

Que ce soit pour y vivre, pour y passer ses vacances ou pour investir, l’achat à l’étranger possède de nombreux atouts. Si possible au soleil et en bord de mer, à des prix très variables selon les destinations.

Selon le Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE), plus de 750’000 Suisses vivent à l’étranger. Un chiffre en constante augmentation car, qu’il s’agisse de jeunes actifs, de retraités ou d’investisseurs, les Suisses sont chaque année plus nombreux à se lancer dans un achat immobilier hors de la Confédération. Les motifs pratiques et les pays frontaliers figurent bien sûr en tête de liste, à commencer par la France, où vivent environ 200’000 Suisses. S’agissant des contrées plus lointaines, l’exotisme et l’ensoleillement se doublent d’un prix au mètre carré généralement beaucoup plus sage qu’en Suisse. Et d’une offre que la Confédération ne peut proposer, notamment quand il s’agit d’un bien situé en bord de mer. Une belle maison proche d’une plage en Espagne ou au Portugal s’affichera ainsi à partir de CHF 400’000.- à 500’000.-, ce qui paraît raisonnable d’autant qu’elle pourra être mise en location durant les périodes de non occupation par son propriétaire. Ce qui permettra d’adoucir le prix d’achat et les charges d’entretien de cet investissement délocalisé. Une option généralement prévue lors de la vente, et gérée par un prestataire local.

Côté soleil et eau bleue, parmi les destinations plébiscitées par la clientèle suisse, citons la Corse. Une île française certes chère mais infiniment désirable pour ses paysages sauvages et son littoral globalement intact, ce qui devient de plus en plus rare en Europe. Les programmes neufs de standing en Corse du Sud s’affichent entre CHF 5’800.- et 9’200.-/m2 selon la vue dont ils bénéficient, et peuvent monter jusqu’à CHF 16’000.-/ m2 pour une résidence pied dans l’eau. De manière générale, sur les côtes européennes, la notion de véritable «pieds dans l’eau», c’est à-dire que la propriété est en contact direct avec la mer et que celle-ci est accessible à pied, aura tendance à multiplier le prix par deux. Pour le cas de la Corse, une villa pourra donc valoir CHF 3 ou 6 millions selon le côté de la route où elle se situe !

Qualité de l’architecture

Autre cas de figure avec l’Ile Maurice, qui mise sur le cadre enchanteur qu’elle offre à longueur d’année. Après la vogue des villas de prestige dignes d’une carte postale, l’île a en effet diversifié son offre avec des résidences de taille réduite ne reniant pas la qualité de l’architecture ou des services proposés. Et quasiment toujours à proximité d’une plage de rêve, pour des prix débutant autour de CHF 300’000.- pour monter autour de CHF 3 à 5 millions s’agissant des propriétés de grand luxe. L’Ile Maurice permet un investissement fiable et sûr depuis son indépendance en 1968 et pour ceux qui sont encore en vie active, créer son entreprise sur l’île est simple, rapide et peu coûteux. Les avantages fiscaux sont par ailleurs importants (impôts sur le revenu, sur les sociétés et TVA limités à 15%, absence de droits de succession) à condition d’y vivre six mois par an. Reste que pour profiter des charmes de l’île, il faudra ajouter le prix du billet d’avion et garder en tête qu’il y a 11 heures de vol depuis Genève ! Selon le DFAE, fin 2015, 737 Suisses et Suissesses vivaient sur l’île à plein temps. Un chiffre encore modeste mais en constante augmentation, d’autant qu’en moyenne 17’000 touristes suisses viennent à Maurice chaque année.

Destination phare

De l’autre côté de l’Atlantique, l’une des destinations stars au niveau mondial est sans conteste Miami (Floride). Auréolée d’un véritable renouveau sur le plan immobilier, elle est recherchée autant pour ses résidences principales que secondaires dans les différents quartiers les plus cotés, comme South Beach, Coconut Grove, Brickell ou Key Biscane, dont les prix augmentent de manière très régulière depuis 2010. Il s’agit pour les Européens, dont les Suisses, de tirer profit des différences de taux de change et des prix structurellement plus faibles que dans la grande majorité des destinations phares internationales. Un bel appartement de 100 m2 avec vue sur la mer en étage élevé sur South Beach vaut environ CHF 2 millions. Et un penthouse de 800 m2 avec 720 m2 de terrasse sur l’une des plus belles plages de Miami environ CHF 8,8 millions. Des prix certes élevés, mais qui augmentent de manière continue, rendant cet achat «plaisir » (presque) raisonnable ! Reste le cas des destinations considérées comme exotiques, dans des paradis bleus comme les Seychelles, Bali ou les Grenadines, a priori destinées à une clientèle ayant déjà l’habitude de diversifier ses placements. Les professionnels installés sur place constatent une tendance en fort développement: l’investissement dans des yachts de rêve, en pleine ou en copropriété.

Par Laurent Caillaud

Catégories
EvasionImmobilier